AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

|

Can we start again ? [Jewel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Can we start again ? [Jewel] Jeu 16 Mai - 16:29



can we start again ?
Night-Club Scorpion, 23h30” Je fixais mon verre en fronçant les sourcils. Est-ce que c'était une bonne idée de le liquider jusqu'à la dernière goutte vu tout ce que j'avais déjà bu ? J'avais pas vraiment conscience du nombre, mais à sentir mes idées s'embrouiller, je savais que j'étais sur le point de finir complètement bourré. Et le pire c'est que même avec ça, je n'arrêtais pas de penser. Après tout, c'était la dernière soirée que je passais à San Francisco. Mon sac était déjà fait, je prenais l'avions dès demain en direction de Phoenix, en Arizona. Autant dire l'inconnu. Je n'avais jamais mis les pieds là-bas mais je n'avais pas choisit cette destination en tournant le doigt sur une carte pour m'arrêter sur un lien au hasard. J'avais appris certaines choses sur Casey, ma cousine, qui laissaient à croire que tout n'allait réellement pas bien dans sa tête. Ce dont je n'avais pas besoin de confirmation depuis le jour où je l'avais recroisée en présence de Carter. Carter... rien que de penser à lui, mes doigts se resserraient sur le verre, prêts à l'exploser en morceaux. C'était de sa faute si je me sentais obligé de fuir. Si j'avais du trahir des amis juste pour le préserver. Seul Elias était au courant de l'histoire, et je voyais bien qu'il peinait à me pardonner. J'avais eu de la chance et avait été laissé libre, et avec mon boulot. Mais j'avais démissionné presque aussitôt. J'étais plus capable d'affronter le regard d'Elias, d'Heaven, d'Adam... D'ailleurs heureusement que celui-ci n'était plus à l'appartement. Je ne préférais pas le croiser pour lire la déception dans ses yeux.

En soupirant, je bus en une traite mon verre, sentant une bouffée de chaleur me monter à la tête. Tout le monde dans le Night-club mouvait, mais l'air devenait trop irrespirable à mon goût. Le pas légèrement chancelant sur le moment, je sortis de la boîte pour m'appuyer contre un mur et sortir une clope. J'en tirais tout juste une première taffe que j'entendis des cris et des injures dans la ruelle juste à côté. Dont une femme. C'était fini de jouer les héros pour moi, mais je m'avançait tout de même pour voir ce qu'il en était. Effectivement, ça se criait dessus. Un gars avait attrapé la jeune femme par le bras en l'injuriant pour je ne sais quelle raison, mais elle ne semblait pas décidée à se laisser faire. Un l'espace d'un instant, un coup de poing partit violemment dans la mâchoire du type, si bien qu'un crac sonore résonna dans toute la ruelle. « Outch » commentais-je pour moi-même, comme si j'assistais à un match de boxe. La dernière fois que j'avais vu une fille aussi violente à mains nues remontait à il y a bien des années. Elle ressemblait pas mal au spécimen que j'avais devant mes yeux d'ailleurs. Une tignasse blonde impossible à dompter, un corps svelte à le limite du maigrichon, une façon de faire qui n'avait rien de féminin... Lorsqu'elle tourna sa tête vers moi et que je croisais son regard, je m'attendais à ce que mon cœur lâche au moment où mon cerveau fit le rapprochement. « Tiens donc, Jewel... T'as toujours un aussi beau revers du droit, j'admire ! » j'applaudissais mollement, préférant me taire. Vu comme je l'avais laissée, je m'attendais à une montagne de reproches dont je me remettrais pas. Je tournais le regard vers le gars qui, humilié, était sur le point de revenir à la charge, se foutant bien que ce soit une femme. Car oui, en quelques années, c'était plus une adolescente, mais bien une femme... comme quoi, le temps passait vite. « Sérieux mon gars, je te déconseille de la toucher si tu veux pas te retrouver la tête dans le bitume avec les bras cassés. Crois moi, elle l'a déjà fait » J'aspirais une nouvelle bouffée de fumée, fixant la scène, désintéressé.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Jewel S. Swanson

Jewel S. Swanson
❣ Messages : 31
❣ Date d'inscription : 02/05/2013
❣ Âge du perso : Vingt-et-un ans
❣ Occupation : Survivre
❣ Humeur : Agressive
MessageSujet: Re: Can we start again ? [Jewel] Jeu 16 Mai - 20:30



Can we start again ?


Il n'était pas encore minuit et Jewel était déjà à bout de nerfs. Sa journée avait été merdique. Il n'y avait pas d'autre mot adéquat pour la décrire. En résumé, elle n'avait pas assez bu et était certainement en manque de drogue. Et lorsqu'elle était en manque, il valait mieux ne pas la déranger, l'ignorer, et encore le fait de l'ignorer pourrait passer pour un affront aux yeux de la jeune femme.

Munie d'une mini robe noir et de ses lèvres carmin, Jewel avait décidé de rentrer chez elle une fois le soleil levé. Elle était sortie de son appartement sans trop savoir où elle irait, c'est quelques mètres plus loin qu'elle tomba sur l'une de ses amies (ou plutôt connaissance qui tourne rapidement à Best Friend Forever en une soirée, puis trois jours plus tard la personne redevient une totale inconnue !). Cette amie devait rejoindre sa soeur au Night-Club Scorpion, alors Jewel avait suivit le mouvement. Elle ne connaissait pas spécialement ce club, en fait elle n'en avait pas de préféré, mais tout le monde la connaissait dans le monde de la nuit : c'était parfois pour de bonnes raisons et d'autres fois pour de mauvaises...
Il était tôt et pourtant il y avait déjà la queue devant le Scorpion. Jewel afficha son plus grand sourire au videur, elle n'avait jamais fait la queue et ce n'était pas ce soir qu'elle la ferait ! Cependant qu'elle avançait en direction de la porte, elle fut surprise par ce qui sembla être une main sur son postérieur. Toujours maîtresse de ses expressions, Jewel se retourna tout sourire vers la personne à qui appartenait la main : c'était un homme brun, d'une vingtaine d'années, plutôt charmant et assurément conscient de son charme à tel point qu'il s'autorise ce genre de geste... S'approchant doucement vers son oreille, Jewel lui chuchota : « Ca te dit toi et moi dans la ruelle là-bas ? ». L'homme fut plutôt surpris. Malheureusement pour lui, la surprise ne s'arrêterait pas là ! Prenant sa main dans la sienne, le minois aguicheur, Jewel le guida vers la ruelle, faisait signe à ses "amies" qu'elle n'en aurait pas pour longtemps.
Jewel détestait les personnes trop sûres d'elles, encore plus les machos. Parce qu'elle s'habillait sexy, cela ne voulait pas dire qu'elle désirait être leur chose et encore moins qu'ils pouvaient la toucher. Jewel avait une politique assez particulière avec son corps. Elle pouvait coucher avec un inconnu ou coucher pour sa dose, c'était elle qui décidait. Ce soir-là, ce cher jeune homme n'avait pas eu la permission de toucher : la punition serait sévère.
Une fois le coin de la ruelle passé, Jewel minauda, jouant avec sa chevelure, l'attirant à chaque pas un peu plus profondément dans la ruelle. Elle le laissa approcher et enfonça son genou... là où ça fait mal. Il se plia instantanément en deux. Jewel pouvait être castratrice parfois. C'était presque devenu un don ! La jeune femme rigola, le laissant souffrir au sol. « La prochaine fois tu demanderas la permission avant de toucher ! ». Jewel était sur le point de repartir pour rejoindre l'entrée du club, lorsqu'elle s'aperçut qu'il était en train de se relever. Ok, elle n'était pas venue pour se battre, mais ces jours-ci il ne fallait pas la saouler parce qu'elle était en manque et pour ne rien arranger Jewel était impulsive. Il suffisait de se frotter ne serait-ce qu'une seconde à Jewel pour l'allumer comme une allumette : c'était valable pour la violence comme pour le sexe.
Il s'était remis assez vite. Peut-être n'y avait-il pas grand chose à faire souffrir là où Jewel avait cogné ? De nouveau elle rigola, le jeune homme semblait plutôt agacé lui, voire vexé de cette petite mise en scène que Jewel venait de lui jouer pour l'attirer ici. Les insultes fusaient. Rien ne pouvant blesser ou choquer Jewel, elle avait l'habitude. « Je te faire ta fête allumeuse ! ». Il devait serrer fort son poignet car Jewel ne parvint pas à se libérer. Elle poussa des cris qui s'approchaient plus des rugissements d'un lion que d'un son humain, se débattant dans tous les sens. L'enfoiré, elle allait lui faire son affaire. Son poing partit directement dans la mâchoire de l'homme : elle entendit un craquement, bruit qui lui était familier. Enfin, elle était libre ! Alors qu'elle se frottait le poing (c'était devenu un réflexe de checker si tout marchait bien, ne ressentant aucune douleur elle ne pouvait juger si quelque chose était cassé en se fiant à ses sensations), Jewel se rendit compte qu'ils avaient un spectateur. « Tiens donc, Jewel... T'as toujours un aussi beau revers du droit, j'admire ! ».
Au fond d'elle, Jewel sentit quelque chose flancher. Elle se demanda si elle ne planait pas pendant une seconde avant de reprendre le contrôle. Seth. Faisant diversion, Jewel remit en place sa robe qui lui servait à présent plus de tee-shirt qu'autre chose, et replaça ses cheveux du mieux qu'elle put. Ok, Seth était de retour. Elle avait vraiment l'impression de faire un bad trip. « Sérieux mon gars, je te déconseille de la toucher si tu veux pas te retrouver la tête dans le bitume avec les bras cassés. Crois moi, elle l'a déjà fait. ». Il était exaspérant. Cela faisait un bail qu'elle ne l'avait pas vu... il l'a connaissait toujours par coeur ! Jewel jeta un coup d'oeil à l'homme, il sembla presque prendre peur et recula de quelque centimètres. Mauviette...

Jewel le laissa sans un regard et approcha de Seth un grand sourire aux lèvres. Il lui avait vraiment manqué. Elle avait réussi à le mettre dans un petit coin de sa tête pour ne pas trop penser à lui... Il était parti comme ça, comme-ci elle n'avait jamais représenté quelque chose pour lui, sinon il l'aurait prévenue. « Hé ! ». La jeune femme arriva prête à le prendre dans ses bras, mais contrairement à ce que montraient les apparences, elle n'était pas si contente de revoir Seth puisque, à nouveau, son poing partit directement dans l'estomac de son "ami". « Je pensais avoir été claire quand je t'ai textoté que c'était plus la peine de revenir. Si t'avais pas compris, j'espère que maintenant t'as enregistré. ». Oui, Seth c'était... Seth quoi ! Mais sa disparition avait donné l'impression à Jewel d'avoir été jetée à la benne comme une vieille chaussette !
La furie blonde partit dans la direction opposée à l'entrée du Scorpion. Finalement, elle rentrerait peut-être plus tôt chez elle... Au moins elle ne recroiserait pas cette imposture. Jewel n'avait pas l'habitude de se lier d'amitié, de se lier tout court même, à quelqu'un et Seth était l'unique personne qui comptait réellement pour elle n'ayant plus de famille. Et il était parti point. Ce qui mettait encore plus en colère la jeune femme, c'était qu'elle s'était attachée à lui et qu'il lui avait manquée...
Elle n'avait pas fait vingt pas qu'elle fit demi-tour. La main sur l'estomac, Seth n'avait pas bougé. Il avait certainement eu un peu peur qu'elle ne vienne l'achever, pourtant c'est avec douceur qu'elle prit la main de Seth dans la sienne et l'emmena avec elle. « J'ai envie d'une cuite. » ajouta-t-elle comme-ci Seth n'était jamais parti de San Fransisco.



CUUUUUUTE ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: Can we start again ? [Jewel] Dim 19 Mai - 21:28



can we start again ?
Night-Club Scorpion, 23h30” Ça me faisait bizarre de revoir Jewel. Surtout là, ici, dans cette condition. Comme si rien n'avait changé. J'avais l'impression d'avoir fait un bond dans le passé, quand je vivais encore avec mon père et que je subissais sa vie de trafiquant. Je me plaignais de la vie que j'avais à cette époque là, si j'avais su à quel point j'en arriverais aujourd'hui, je crois que j'aurais déjà un peu plus profité de ma situation. Combien de fois j'avais vu Jewel se foutre dans le pétrin, n'osant parfois pas intervenir parce que je savais que je douillerais beaucoup plus sous les coups qu'elle. J'avais cette dose de raison qui lui avait toujours échappé. Et manifestement, ça ne s'était pas arrangé avec les années vu que pour se retrouver pris à part dans cette ruelle, le gars avait du bien jouer avec les nerfs de la jeune femme. Ou pas finalement. Dans mes souvenirs, il lui en avait toujours fallu très peu pour partir au quart de tour. Parfois il y avait des facteurs aggravant. Une mauvaise journée, une mauvaise humeur globalement, le manque... Dans ces moments là j'avais toujours fait attention à me tenir assez loin quand je savais qu'un sujet ne lui plairait pas. Nous étions amis, mais ça n’empêchait pas que parfois je m'en prenais. C'était pas méchant et c'était bon enfant, mais pour une fille, elle en avait dans les bras. Aujourd'hui, si elle avait envie de me mettre une beigne, je me doutais bien que ce ne serait pas amical du tout. Est-ce que nous pouvions encore nous qualifier d'amis, là, je demandais un joker. Ces derniers jours, j'avais perdu une bonne part de mes amis à cause des mes conneries. Si Jewel s'y mettait aussi, ça achèverait de me faire penser que j'avais fait n'importe quoi sur toute la ligne.

Elle ne semblait pas fâchée, haineuse ou quoique ce soit. Juste... heureuse et satisfaite. Mon esprit embrumé par l'alcool ne réalisa pas tout de suite que ce n'était pas franchement normal, et au lieu de me méfier, je souriais comme un con en supposant qu'elle ne m'en voulait pas le moins du monde, qu'on allait retrouver une soirée comme toutes celles qu'on avait avant. Qu'on allait faire les cons jusqu'à n'en plus pouvoir et on finirait complètement torchés dans le même lit non pas pour coucher ensemble, mais pour dormir comme des masses jusqu'au lendemain où elle se moquerait de ma gueule de bois qu'elle ne ressentirait pas, elle. Ouais, on allait passer une bonne soirée. Mes idées se remirent bien vite en place lorsque au lieu de me serrer dans ses bras, son poing partit violemment dans mon estomac, m'expulsant tout l'air des poumons, me faisant courber en deux dans un grognement de douleur. Merde. Là je pouvais confirmer qu'elle n,avait pas perdu la main... Je douillais. Puis je réalisais que ce n'était qu'un tas d'illusions stupides. Bien sur qu'elle m'en voulait. Après tout, je l'avais laissée en plan sans rien lui dire, l'abandonnant purement et simplement. Entre amis, c'était pas le genre de trucs qui était vraiment apprécié. Mais je chercherai pas à me justifier, à me faire pardonner. J'en avais ma claque de subir. Au moins, j'avais enfin là un truc qui était amplement mérité. « Je pensais avoir été claire quand je t'ai textoté que c'était plus la peine de revenir. Si t'avais pas compris, j'espère que maintenant t'as enregistré. » Là, je la retrouvais déjà mieux. J'avais été con de penser que tout se passerait comme dans un conte de fée. Je soufflais en me redressant légèrement, un bras toujours sur le ventre des fois qu'elle ait encore envie de me claquer à ma juste valeur. Mieux valait éviter. Parce que je me doutais que si je réagissais, elle ferait de même Ce serait bien une première qu'on en arrive à nous battre. « T'en fais pas c'est bon, c'est noté. Merci de m'avoir rafraîchit la mémoire. » maugréais-je d'une façon on ne peut plus cynique.

Alors réellement, c'était quoi la suite du programme ? Elle allait s'attarder sur moi ou plutôt me lâcher quelques cinglantes paroles avant de retourner vaquer à ses occupations ? Je regrettais déjà de m’être montré. Finalement, j'aurais mieux fait de rester dans mon coin. J'étais pas maso au point de rester là à souffrir comme un con, physiquement ou moralement. Jewel avait déjà fait son choix visiblement, s'éloignant d'un pas léger. Quand elle se retourna, je grimaçais légèrement. Second round ? Au moins cette fois, elle ne m'aurait pas par surprise. Mais contre toute attente, elle se contenta de prendre ma main, m’entraînant avec elle. Si bien que je la suivais comme un gamin paumé, incapable de la comprendre. C'était bien une première. « J'ai envie d'une cuite. » Se saouler la gueule jusqu'à n'en plus pouvoir ? Alors comme ça, c'était une issue réellement envisageable ? Après tout, c'était ma dernière soirée à SF alors autant en profiter. Jewel me paraissait un peu trop rancunière pour que ces années de silence s'effacent en une seule soirée. « Je te suis, seulement si tu me garantis que je risque pas de me prendre une beigne en plein milieu de la soirée sans comprendre pourquoi... » Et encore, elle aurait beau me le jurer que je serais pas tranquille. Jew agissait souvent sur le moment, et pas autrement. « Puis tu sais, ça fait deux ans que je suis revenu... c'est pas de ma faute si tu as été injoignable. » En haussant les épaules d'un air désabusé, je n'attendais pas sa réponse pour me rediriger vers l'entrée, n'ayant aucun souci pour entre. A l'intérieur, la foule était toujours aussi pressante, s'agglutinant un peu plus à chaque minute. Sans me soucier de savoir si elle me suivait, je m'avançais naturellement vers le bar, commandant une vodka. Que la blondinette me rejoigne si ça lui chante.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Jewel S. Swanson

Jewel S. Swanson
❣ Messages : 31
❣ Date d'inscription : 02/05/2013
❣ Âge du perso : Vingt-et-un ans
❣ Occupation : Survivre
❣ Humeur : Agressive
MessageSujet: Re: Can we start again ? [Jewel] Dim 7 Juil - 13:58



Can we start again ?


Pardonner ? Non il n'était pas question de pardonner : Jewel tenterais de mettre dans un coin sa rancune et son amertume. Pardonner est un processus beaucoup plus compliqué, qui demande patience pour l'un et volonté pour l'autre : en partant du fait que Jewel avait juste envie de torturer à petit feu Seth, sa volonté de lui pardonner était totalement nulle. « Je te suis, seulement si tu me garantis que je risque pas de me prendre une beigne en plein milieu de la soirée sans comprendre pourquoi... » ...Bon, si Seth avait l'intention de lui rappeler toutes les cinq minutes à quel point elle lui en voulait il était mal barré ! Jewel contrôla son envie de lui broyer la main. Elle expira doucement et répondit avec un sourire mi-rassurant, mi-diabolique : « Promis. Je t'exposerais les raisons avant. » Ok, elle était un tantinet violente, elle assumait, mais elle n'appréciait pas vraiment qu'on la fasse passer pour une personne qui bat ses amis... même s'ils le méritent ! Mais c'était un aspect intéressant de leur relation : on ne se trouvait pas face à un duo homme-femme, ils étaient sur le même pied d'égalité. A vrai dire, ce n'est pas vraiment une question d'égalité : si on ferme les yeux, Jewel a tout l'air d'un mec par rapport à son comportement. « Puis tu sais, ça fait deux ans que je suis revenu... c'est pas de ma faute si tu as été injoignable. Deux ans ? Il était revenu il y a deux ans à SF et il avait fallu attendre cette nuit pour que leurs chemins se croisent ? Jewel avait plus de mal assimiler le fait qu'il ait tenté de la joindre... Elle avait tellement cru qu'il s'était foutu d'elle, c'est vrai quoi ! Il n'avait jamais donné de nouvelles ! ...Oui en même temps, Jewel avait changé d'adresse, de numéro et de potes ! Elle ne lui avait rendu la tâche facile. Puis il y avait eu son séjour en détox... Aucun contact possible avec l'extérieur, mais en même temps la seule famille qu'elle avait... c'était Seth, mais il l'avait un peu larguée comme une vieille chaussette donc voilà voilà ! Etrangement, sa haine envers lui était moins forte. Il l'avait cherché, mais toujours pas assez au goût de la jeune femme. Elle n'avait pas envie d'aborder le sujet de la rehab ce soir, alors une fois le bar atteint elle résuma : « On m'a offert des vacances loin de SF. » Même le bon dieu ne goberait pas cette excuse bidon : qui gagne des vacances de nos jours ? Seth commanda une vodka au serveur. Jewel tenait toujours sa main ou était-ce Seth qui la tenait ? (Peut-être pour être certain de maîtriser un des bras de la jeune femme en cas de fureur passagère ?) Pourquoi lui mentir, après tout s'il y avait bien quelqu'un à qui elle pouvait tout dire c'était Seth... Le serveur tendit le verre de vodka en direction de Seth, il sembla distrait alors Jewel en profita pour le prendre et en boire une gorgée. Cela n'échappa pas à Seth. Si elle avait voulu le mettre en rogne elle aurait bu la fin du verre d'un trait, mais elle avait envie de garder la tête froide ce soir. Elle avait certainement peur de se réveiller le lendemain matin avec une gueule de bois pas possible et de se rendre compte que tout cela n'était qu'un rêve. Lui tendant son verre, Jewel lâcha : « Si j'avais su, je t'aurais emmené avec moi en rehab ! » C'est vrai qu'ils se seraient bien amusés tous les deux : provoquer le personnel, embêter les autres patients, ... Jewel était encore une grande enfant. Enfin, une grande garce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Re: Can we start again ? [Jewel] Mer 10 Juil - 21:51




can we start again ?
Night-Club Scorpion, 23h30” Je n'allais pas ramper aux pieds de Jewel pour obtenir ses excuses, hors de question. Je n'étais pas ce genre de gars, même pas pour elle. Pourtant, dieu sait qu'il y en avait des gens envers qui je devais de grosses excuses. Beaucoup trop d'ailleurs.Enfin bon, je connaissais la blondinette, et ce, sans doute mieux que personne. J'allais en morfler jusqu'à ce qu'elle décide que c'était assez, et ensuite ça repartirait comme avant, à quelques détails près. On ne pouvait pas effacer des années de silence et de sentiment de trahison, j'étais le premier à le savoir.. Je ne pouvais pas l'en blâmer, j'étais le seul fautif dans l'histoire. J'en avais marre aussi, d'exposer mes raisons de A à Z, pour qu'au final, ça ne serve à que dalle. Pourtant, dès que je laissais quelqu'un, ce n'était pas volontaire... ou alors, forcé. Depuis quelques temps je m'attirais toutes les emmerdes possibles et imaginables. J'étais certain que Jew aurait adoré savoir que je bossais pour un connard de première, responsable de tout un réseau de trafics, de meurtre, et j'en passe. A l'époque, elle trouvait mon connard de père cool. Alors un type comme Aaron Carter, vraiment, ça ne serait que la grande entente. Un sacré phénomène cette fille. C'est sans doute pour ça que je m'y étais énormément attaché. Jamais je n'avais eu autant de regrets à abandonner quelqu'un avant elle. Nostalgie, quand tu nous tiens...

Enfin pour l'instant, je me méfiais surtout de cette gueule d'ange capable de me mettre à terre en deux temps trois mouvement. J'avais pas de tendances masochistes à dernières nouvelles. Quoique si je voulais vraiment être en sécurité, il aurait fallu que je reste à quelques mètres d'elle, et là nous étions plutôt main dans la main. Dans tous les cas, un coup de colère, et je risquais de le sentir passer. Un vague sourire orna ma face. J'avais toujours été incapable de frapper les filles, mais Jew faisait partir de quelle catégorie au fait ? « Promis. Je t'exposerais les raisons avant. » Oh. Avec ça, je suis tout de suite très rassuré. Je m'arrêtais un instant, dévisageant Jewel avec une grimace, l'air de dire que ce n'était pas comme ça que j'allais volontairement la suivre. Non, surtout vu son sourire, y avait de quoi partir en courant. « T'as le don de rassurer les gens, c'est dingue, vraiment ! » Surtout que elle était plus ou moins en tort aussi. Si elle était restée joignable, on aurait gagné deux ans de moins de silence total. En gros, je me serais pris une pêche dans la gueule deux ans plus tôt. Et avec la blondinette, ça ne faisait pas de différente. La maturité était une chose qui lui était inconnue, et ce depuis toujours. A la voir, c'était juste une gamine insouciante qui vit n'importe comment. Le pire, c'est que dans le fond, ça lui convient. Absolument ingérable comme fille. Quoique sans me vanter, à une époque, j'avais bien réussi ! Toujours sa main dans la mienne, je l'entraînais plutôt vers le bar. Loin de moi l'idée de la rendre complètement ivre pour la calmer un peu, quoique dans le fond, ce serait pas plus mal tiens. J'aurais juste à m'occuper d'elle après, parce qu'elle ne marcherait plus tout à fait droit, et un sale type pourrait en profiter... Quoique, même bourrée, elle était sans doute plus apte que moi à se défendre contre un sale type. Je haussais les sourcils en l'entendant me parler de vacances. « T'as du faire de sacrés conneries pour que quelqu'un daigne t'accorder ces vacances » A mon humble avis, elle ne parlait pas de vacances du genre plage blanche et cocotiers. La cachottière.

Les vieilles habitudes sont tenaces à ce que je constatais. A peine mon verre posé que Jew se l'accaparait. Je notais une légère amélioration, du fait qu'il n'était pas déjà vide. C'est que madame se mettait à faire des manières ! Je recommandais un verre, ne tentant pas de reprendre mon verre. Des fois que Jewel ait décidé de devenir le molosse qui protège son os.. J'allais pas prendre de risques. « La rehab, carrément ? On t'y a foutu de force ? J'admire. Simple curiosité, t'as tué personne là-bas ? Ils ont pas été obligé de te passer la camisole de force ? » Je me moquais gentiment d'elle, mais je réalisais que ce serait la première raison qui justifierait que je me prenne un pain dans la tronche. Allez Seth, on reprend plus sérieusement. « J'espère que tu les as bien rendu chèvres. C'est la moindre des choses à faire pour les remercier des intentions qu'ils ont pour toi » plaisantais-je en buvant une gorgée du verre que le serveur venait de poser sur le bar.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Can we start again ? [Jewel]

Revenir en haut Aller en bas

Can we start again ? [Jewel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Aide aux statistiques des barbares
» Mission Trip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco ; Don't Dream It, Be It ::  :: RP Terminés :: RP Abandonné-